Hungarian (formal)French (Fr)English (United Kingdom)Deutsch (DE-CH-AT)

Munkácsy

  • PDF
  • Imprimer
  • Envoyer
Index de l'article
Munkácsy
Les épreuves de jeunesse
L'attrait du passé
CHANGEMENT DE STYLE
La période des tableaux de Christ
Le voyage en Amérique
Toutes les pages

Introduction

Mihály Munkácsy est une des figures les plus importantes de la peinture hongroise du XIXe siècle. Ses fervents admirateurs et les collectionneurs de ses tableaux le considèrent aujourd'hui encore comme le plus grand peintre hongrois. Plus d'une de ses œuvres, sitôt réalisées, firent sensation de par le monde et le public connaisseur et amateur d'art fêtait le maître partout en Europe, aux États-Unis et en Hongrie.

Sa première œuvre d'importance - Le Dernier Jour d'un condamné (Planche 28) (1869-1870) - lui valut la médaille d'or du Salon de Paris, et plus tard le portrait de Milton (Planche 82) (1878) celle de l'Exposition mondiale de Paris. Sa trilogie du Christ fut admirée par des centaines de milliers de personnes lors de son exposition en Europe et aux États-Unis. Les journaux d'époque informaient régulièrement de ses succès ; et il arriva même que les riches collectionneurs européens et américains s'arrachent ses œuvres directement de son atelier.

Cette vague de succès perdure, car ce sont aujourd'hui ses tableaux qui sont les plus visités dans les collections publiques hongroises et ses toiles peuvent changer de propriétaire pour de véritables petites fortunes sur le marché de l'Art international. Son grand ami et compagnon, Mihály Zichy estimait que le rôle qu'il jouait dans la vie culturelle hongroise n'était comparable qu'à l'œuvre du compositeur Franz Liszt et le caractérisait ainsi : « Tous les deux [...] ont contribué à faire briller notre nom - Le Dernier Jour d'un condamné (Planche 28), Le Christ devant Pilate (Planche 128) et Milton (Planche 82) resteront des œuvres de valeur durable ». Avec la distance qui est propre à la postérité, nous pouvons dire que ces prédictions ne mentaient pas.

L'une des causes de cette attention particulière, de cette extraordinaire popularité et de ce succès durable réside dans le destin exceptionnel de Munkácsy passant d'un extrême à l'autre, des bas-fonds à des hauteurs vertigineuses, de la misère au faste éblouissant, de la solitude déprimante à la vie sociale tapageuse et brillante. Le célèbre peintre, à l'origine pauvre apprenti menuisier, reçut dans sa maison des notabilités venues de toute l'Europe et aussi des États-Unis. Sa carrière artistique débuta très bas et atteint des sommets. Et, il parcourut ce chemin en combattant constamment ses doutes et en surmontant de grandes épreuves. Il puisait cette force dans son talent inné et son courage dont il ne prit jamais véritablement conscience. Il n'avait devant les yeux qu'un seul objectif : la création avec ses joies et ses souffrances. Pour cela, il était capable de tous les sacrifices.

L'artiste qui ne vécut que 56 ans, ne cessa d'éblouir son public. La force émanant de ses premières scènes de genre, la simplicité de sa vision, le dramatisme bouleversant de ses scènes de Christ, le coloris serein et la légèreté de ses tableaux de salon, ainsi que l'élégance de ses œuvres monumentales conquirent même les connaisseurs et collectionneurs les plus avisés. Le plus inhabituel chez lui était peut-être la richesse sentimentale qui émanait de ses œuvres et qui imprégnait aussi bien les compositions représentant de simples scènes de la vie que celles traitant des grandes questions de l'humanité.

Le peintre fonda en 1883 le prix Munkácsy dotant de six mil francs annuels les candidats dignes de cette distinction. Il participait personnellement au choix des candidatures en considérant comme le plus important critère, celui de la qualité du dessin et de son développement pictural. L'objectif du concours était que les artistes ayant une formation préalable adéquate, puissent poursuivre leurs études à Paris en recevant la formation nécessaire à leur progrès. Munkácsy demandait aux candidats de présenter un tableau achevé car il pensait que les ébauches ne révélaient pas le talent du dessin. La Société hongroise des Beaux-Arts ouvrait le concours au printemps de chaque année et proposait deux ou trois jeunes artistes. C'est cette tradition que s'est assignée de perpétrer le prix Munkácsy fondé en 1950 et décerné chaque année à un artiste ou à un créateur travaillant dans le domaine des arts.

Munkácsy avait beaucoup de disciples qu'il prit sous sa protection paternelle en parti à ses propres frais. Le plus connu d'entre eux fut József Rippl-Rónai (1861-1927) qui dès 1889 s'affranchit du style de son maître pour découvrir de nouveaux chemins. László Mednyánszky (1852-1919) passa également quelques semaines chez Munkácsy, puis, lui aussi, choisit une autre voie. On compte parmi les adeptes fidèles de son style, László Pataky (1857-1912), Imre Révész (1859-1945) et Sándor Bihari (1855-1906) qui le tenaient tous en haute estime et le considéraient comme leur maître. Gyula Rudnay (1878-1957) et János Tornyai (1869-1936) sont les héritiers spirituels de son art, mais ils n'étaient pas directement ses disciples et leur œuvre n'atteint son plein développement qu'au cours du XXe siècle.

 



 

Munkácsy Alapítvány a facebookon